Friday, March 3, 2006

A la source de l'ouverture

Puisque beaucoup de gens confondent Open Source avec communisme et puisque je considère ce dernier comme une idéalisation dégénérée du " Kapital ", voici une simple tentative d'englober l'évolution Open avec une approche de type conversion de la valeur fondamentale en argent :
Open Source philosophy exploitation
Figure 1: exploitation de la philosophie Open Source (2005)

Chronologiquement parlant, cette nouvelle stratégie d'affaires est arrivée au moment où le Capitalisme avala l'économie chinoise (ou vice versa). C'est pourquoi quiconque connaissant assez la Chine a des difficultés à voir ce qu'il reste de communiste dans son faste actuel. Ok, j'donne du mou pour l'amour de la science qui n'a aucune idée des micmacs chinois. Si les pays étaient des enfants dans une cour de récré, pensez vous vraiment que la Chine partagerait équitablement son goûter avec vous ?
Non bien sûr, mais qui le ferait ? Les Arabes peut-être. Alors estimez vous contents que les Chinois ne viennent pas vous voler le vôtre et soyez heureux que Mao Donald ne veuille seulement pas vous en donner un bout. C'est ça le vrai visage du communisme nationaliste à l'intérieur d'un capitalisme généralisé; un paisible dédain pour les fantasmes des autres.
Au contraire, l'Open Source est ultra intrusif. C'est le maître d'école qui arrive pour enseigner à faire des gâteaux. Sa philosophie ne laisse pas de place pour le dédain. C'est la reconfiguration la plus accomplie du capitalisme, son rejeton le plus avancé, pour le meilleur et pour le pire, nous pouvons déjà sentir les masses se faire hypnotiser par son potentiel de pénétration; tous les jours il s'insinue plus profondément au cœur de l'Empire du Milieu. Puisque l'infiltration coloniale matérielle n'est plus désirée, il s'agit maintenant d'utiliser les tuyaux de la science et de l'éducation inoffensive.
Ce n'est plus un secret. Que vous l'aimiez ou non, vous devrez faire avec ! Sinon, préparez vous à disparaître au loin, dans l'oubli digital.
J'entends déjà des grondements à l'encontre de mon interprétation de ce paradigme économique. Mais attendez, de quel Open Source suis-je en train de parler ?
Je parlais de celui qui est fort et dogmatique, celui qui utilise une définition précise de licence, prévenant quiconque de le réutiliser pour cuisiner ses propres recettes législatives.
Alors, qu'est ce que le faible ? Avec quel autre concept va t'il se faire confondre ? Encore un autre " ism " ?
L'Open Source est il ouvert ?